10 réalités sur la santé mentale

10 réalités sur la santé mentale

La santé mentale est un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté.

” C’est un état complet de bien-être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité”

Environ 20% des enfants et des adolescents dans le monde présentent des troubles ou des problèmes mentaux

Dans la moitié des cas, les troubles mentaux se déclarent avant l’âge de 14 ans. Des troubles similaires sont signalés dans toutes les cultures. 

Les troubles neuropsychiatriques figurent parmi les principales causes d’incapacité chez les jeunes dans le monde. Pourtant, les régions qui ont la plus forte proportion de population âgée de moins de 19 ans sont aussi celles qui ont le moins de ressources pour la santé mentale. 

Dans la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire, il y a un pédopsychiatre pour un à quatre millions d’habitants.

Les troubles mentaux et ceux liés à l’abus de substances psychoactives sont la principale cause d’incapacité au niveau mondial

Ils sont responsables de près de 23% des années de vie perdues en raison de l’incapacité.

Le suicide

En moyenne, 800 000 personnes se suicident chaque année

Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans. Certaines données indiquent que pour chaque adulte qui se suicide , il y aurait plus de 20 autres tentatives de suicide. 75% des suicides se produisent dans les pays à revenu faible à intermédiaire. 

Les troubles mentaux et l’usage nocif de l’alcool contribuent à de nombreux suicides dans le monde. Un dépistage rapide et une prise en charge efficace sont determinants pour faire en sorte que les gens reçoivent les soins dont ils ont besoin.

La guerre et les catastrophes ont des effets importants sur la santé mentale et le bien-être psychosocial.

À la suite d’une situation d’urgence, on relève souvent deux fois plus de cas de troubles mentaux. Ces derniers sont des facteurs de risque importants d’autres maladies, ainsi que de traumatismes accidentels ou délibérés

Ils accroissent le risque de contracter d’autres maladies telles que l’infection à VIH, les maladies cardio-vasculaires ou le diabète, et vice-versa.

Stigmatisation et victimisation

La stigmatisation et la discrimination dont sont victimes les patients et leur famille les dissuadent d’avoir recours à des services de soins spécialisés

Les préjugés autour des troubles de santé mentale sont très répandus et l’on comprend mal ces problèmes. Bien qu’il existe des traitements efficaces, on croit souvent qu’il n’est pas possible de traiter les troubles mentaux et que les personnes qui en sont atteintes sont difficiles, qu’elles ne sont pas intelligentes et qu’elles sont incapables de prendre des décisions. 

Cette stigmatisation peut entraîner des mauvais traitements, l’exclusion et l’isolement, et priver les intéressés de soins de santé ou de soutien.

Dans la plupart des pays, on signale régulièrement des violations des droits de l’homme à l’encontre des personnes atteintes de handicaps mentaux ou psychosociaux

Parmi celles-ci, on enregistre notamment: des entraves physiques, l’isolement, le déni des droits fondamentaux et de l’intimité.

Qu’en est-il des droits ?

Peu de pays ont un cadre juridique protégeant suffisamment les droits des personnes souffrant de troubles mentaux.

Il y a d’énormes inégalités dans la répartition des personnels qualifiés en santé mentale dans le monde

Les pénuries de psychiatres, d’infirmiers spécialisés, de psychologues et de travailleurs sociaux font partie des principaux obstacles s’opposant aux traitements et aux soins de santé mentale dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. 

Dans les pays à faible revenu, on compte 0,05 psychiatre et 0,42 infirmier spécialisé pour 100 000 habitants, alors qu’il y en a respectivement 170 et 70 fois plus dans les pays à revenu élevé.

Il faut surmonter cinq obstacles fondamentaux pour développer les services de santé mentale:

  • L’absence de cette spécialité dans les programmes de santé publique, ce qui a des conséquences sur son financement;
  • L’organisation actuelle des services de santé mentale; 
  • Le manque d’intégration avec les soins de santé primaires;
  • L’insuffisance de ressources humaines dans ce domaine; 
  • L’absence d’encadrement de la santé mentale par la santé publique.
  • Les ressources financières nécessaires pour développer les services sont relativement modestes.

Les gouvernements, les donateurs, les représentants des personnels spécialisés, les patients et leur famille doivent travailler ensemble pour développer les services de santé mentale, notamment dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.

Sources: Organisation Mondiale de la Santé 

laisse ton commentaire
Commentaire
Nom
Email